Le sommet UE-Afrique, un partenariat consolidé

Feb 22, 2022

Le vendredi 18 février dernier, l’eurodéputée Renaissance Chrysoula Zacharopoulou s’est exprimée lors du sommet UE-Afrique en faveur d’une vision conjointe entre l’Europe et l’Afrique à l’horizon 2030 : « Nous devons être conscients que l’Europe n’est plus le principal interlocuteur de l’Afrique, si nous voulons continuer à avoir cette relation privilégiée avec elle nous devons changer de méthode. Flexibilité, rapidité, efficacité, voici comment utiliser nos financements pour soutenir les solutions africaines et c’est aussi à l’Afrique de formuler ses demandes et de choisir le modèle de développement qu’elle veut pour sa population» Ce sommet a permis de nombreuses avancées afin que le partenariat Europe-Afrique soit renforcé : 

Une aide accrue pour lutter contre le Covid-19 en Afrique   

L’Europe a été un moteur de la solidarité internationale dans la réponse à la pandémie mondiale du Covid-19. En effet, dès avril 2020 sous l’impulsion du Président Emmanuel Macron et du groupe Renew, le mécanisme COVAX (Covid Vaccines Global Access) a été créé par l’Organisation Mondiale de la Santé. Cette initiative a permis aux pays les plus pauvres d’avoir accès aux vaccins. Afin que ce projet d’entraide voie le jour, l’UE a mobilisé près de 3 milliards d’euros. Cependant, si l’aide humanitaire est déployée, de grosses disparités demeurent. En effet, seulement 11 % de la population africaine est vaccinée, contre 60 % à 70% des habitants des autres continents

Comment remédier à cette situation ?   

Les dons de vaccins sont de plus en plus nombreux : 96 millions ont été livrés au continent durant le seul mois de janvier, soit le double d'il y a six mois. L'UE a déjà fourni à elle seule 150 millions de doses et s'est fixé l'objectif ambitieux de 450 millions d'ici à cet été. Au total, le continent a déjà reçu 587 millions de doses, selon l'OMS, dont la majorité (58 %) par le biais du mécanisme Covax, 36 % dans le cadre d'accords bilatéraux et 6 % ont été achetées via le fonds dédié de l'Union africaine.    

Mais l’objectif qui a été rappelé durant le Sommet est avant tout d'augmenter la production de médicament sur place. Avec une aide d'un milliard d'euros, les Européens veulent multiplier les centres de production de vaccins à ARN messager dans six pays africains, avec des projets de mise à disposition d’usines mobiles. L’UE et l’UA se sont engagées à « empêcher l'immigration irrégulière » et à lutter contre le trafic d'êtres humains. Les deux blocs veulent également progresser sur la question des retours des migrants en situation irrégulière dans l'UE vers leur pays d'origine. Emmanuel Macron a déclaré : « Sur la question de l’immigration, nous avons repéré des centres de formation africains dans lesquels nous allons investir. » Enfin, sur des points géographiques conflictuels précis, Emmanuel Macron a souhaité amorcer un dialogue de stabilisation et s’est entretenu avec son homologue kényan Uhuru Kenyatta, pour échanger sur les enjeux dans la région, et notamment en Éthiopie.     

Un Sommet au cœur de l’actualité géopolitique   

L’UE et l’UA se sont engagées à « empêcher l'immigration irrégulière » et à lutter contre le trafic d'êtres humains. Les deux blocs veulent également progresser sur la question des retours des migrants en situation irrégulière dans l'UE vers leur pays d'origine. Emmanuel Macron a déclaré : « Sur la question de l’immigration, nous avons repéré des centres de formation africains dans lesquels nous allons investir» Enfin, sur des points géographiques conflictuels précis, Emmanuel Macron a souhaité amorcer un dialogue de stabilisation et s’est entretenu avec son homologue kényan Uhuru Kenyatta, pour échanger sur les enjeux dans la région, et notamment en Éthiopie. 

Recrudescence des investissements en Afrique 

Pour Ursula Von der Leyen, la présidente de la Commission de l'UE, « L'UE doit rester un partenaire de confiance, par ce sommet nous passons des paroles aux actes ». L’Union Européenne et l’Union Africaine se sont accordées sur un « partenariat » qui contient une stratégie européenne d'investissements de 150 milliards d'euros nommée Global Gateway. Global Gateway est censée mobiliser jusqu'à 300 milliards d'euros de fonds publics et privés d'ici à 2027, dans des projets d'infrastructures à travers le monde. L'argent permettra des investissements concernant les énergies renouvelables, la réduction des risques de catastrophes naturelles, l'accès des Africains aux réseaux internet, les transports, la production de vaccins ou l'éducation.     

L’investissement que l’Europe apporte en Afrique se veut transparent et co-construit, afin de tracer une voie démocratique différente des Nouvelles Routes de la soie chinoise. Comme l’a rappelé Chrysoula Zacharopoulou : « La brutalité, la prédation, le néo-colonialisme, sont des méthodes utilisées par certains partenaires de l’Afrique, mais ne sont pas les nôtres. Ce ne sont pas les valeurs de l’Europe. Nous proposons de bâtir ensemble, un partenariat centré sur les relations humaines, un espace de paix, un espace qui pèse sur la scène internationale. »    

Nasser Bourrita, ministre des Affaires étrangères marocaines, s’est félicité de la tenue de ce sommet : « C’est un sommet où les véritables questions ont été mises sur la table ». Ce qui n’est pas sans rappeler la volonté d’Emmanuel Macron de refonder la relation UE-Afrique pour en faire un dialogue « d’égal à égal ».