Adieu l’extrême-droite en Slovénie

May 16, 2022

Lors des élections du dimanche 24 avril en Slovénie, le parti du candidat libéral Robert Golob a créé la surprise en remportant les élections législatives. Son parti, le Mouvement pour la liberté a obtenu 34.45 % des voix avec 41 sièges de députés et il pourra compter sur le soutien d’autres formations de l’opposition pour réunir une majorité au Parlement. Rober Golob est un centriste, écologiste et pro-européen, qui s’est lancé dans la politique pour mettre fin à la dérive autoritaire du gouvernement sortant.   

Robert Golob est arrivé loin devant l’ancien chef du gouvernement, Janez Jansa, qui a obtenu 23.48% des voix. Durant son mandat à la tête de l’Etat, il avait mis en place une politique d'austérité, avec la baisse des salaires des fonctionnaires et des coupes dans les budgets de l'éducation et de la santé. Il est décrit et décrié comme un dirigeant ultraconservateur, eurosceptique et climatosceptique. En deux ans de gouvernement, il a déclaré la « guerre » à la justice et les médias indépendants. Après avoir privé de financement l’agence de presse nationale en 2021, il avait fait placer des proches à la tête de l’audiovisuel public ces derniers mois, déclenchant un vaste mouvement de protestation des journalistes. Le but de ces manœuvres était d’influencer le contenu des médias en sa faveur. Des entrepreneurs hongrois proches du premier Ministre Viktor Orban ont également ouvert, ces dernières années, des médias en Slovénie dans le but de répandre des « fake news » sur l’opposition. À la faveur d’un renversement d’alliance au Parlement et de la chute du gouvernement de Marjan Šarec, il est revenu à la tête de l’État en mars 2020 et s’enorgueillit d’être l’allié du Premier ministre hongrois Victor Orban et un admirateur assumé de Donald Trump. Sa gestion autoritaire de l'épidémie de Covid-19 a été controversée et a fait descendre des milliers de Slovènes toutes les semaines dans la rue. Jansa a utilisé la crise sanitaire pour faire taire les voix dissonantes. Le Conseil de l’Europe a listé la Slovénie parmi les pays utilisant la pandémie pour limiter la liberté de la presse, alors que plusieurs journalistes et médias se sont attiré les foudres du leader slovène.Dans son rapport annuel, l’ONG américaine Freedom House considère que son gouvernement “s'est livré à des atteintes répétées à l'État de droit et aux institutions démocratiques”.   

Le prochain Premier ministre, Robert Golob, considère que son élection “va permettre de rendre la liberté à son pays”. Il a fait campagne sur un programme pro-européen. Ses axes prioritaires : l’urgence climatique, la santé et le respect de l’État de droit. Les autres partis d’opposition ont récolté moins de 7% des suffrages. Avec la ré-election d’Emmanuel Macron face à Marine Le Pen, c’est une nouvelle victoire nette des soutiens de la construction européenne face à l’extrême droite nationaliste et populiste.