One Ocean Summit, la PFUE au service de la protection de nos océans

Feb 18, 2022

L’océan couvre plus de 70% de la surface de notre planète et constitue une ressource indispensable pour l’équilibre de notre écosystème. Il est pourtant sérieusement mis à mal par les multiples pollutions humaines, la surexploitation des ressources marines, et plus globalement, par les effets du changement climatique.     

C’est pourquoi afin de donner une impulsion forte à l’agenda politique européen et international sur les sujets maritimes, le Président de la République a souhaité organiser un grand sommet sur les océans dans le cadre de la Présidence Française du Conseil de l’Union européenne résolument engagée pour le climat.     

Ainsi, le One Ocean Summit qui s’est tenu du 9 au 11 février 2022 à Brest a réuni 41 Etats, des scientifiques, mais aussi des chefs d’entreprise pour construire collectivement une alliance durable en faveur de la protection de nos océans.  A ce titre, le Parlement européen était représenté par trois eurodéputés Renaissance : Catherine Chabaud, navigatrice et engagée pour un Green Blue Deal, Pierre Karleskind, Président de la Commission parlementaire de la Pêche et Stéphane Bijoux, engagé sur le climat et particulièrement dans les Outre-mer.   

Cet évènement majeur a permis d’acter des engagements forts qui auront des impacts très concrets sur la préservation des océans afin de relever le niveau d’ambition internationale et de répondre à l’urgence de la situation.   

-Mieux protéger les écosystèmes marins : Pour la première fois, 84 pays ont pris l’engagement de porter l’objectif de 30% des espaces marins protégés d’ici à 2030. Ainsi, ces États rejoindront la France qui a déjà dépassé ce pourcentage. De plus, avec la création de la « Coalition de la Haute ambition pour un traité de la Haute mer », les surfaces marines non rattachées à un Etat - qui représentent la moitié de la surface de la planète – auront bientôt la possibilité d’obtenir le statut d’aires marines protégées.   

- Renforcer la lutte contre la pêche illégale et encourager la pêche durable : La pêche illégale est un véritable fléau qui nuit gravement à la gestion durable des stocks de poissons. C’est pourquoi de nombreux Etats se sont engagés à mieux contrôler les activités de pêche dans les ports de débarquement et à renforcer la surveillance de la pêche illégale, pratique qui comptabilise encore 1/5e des prises mondiales.   

 - Lutter contre la pollution plastique dans les océans : 9 millions de tonnes de plastique sont déversées dans l’océan chaque année, dont 80% proviennent des activités à terre. Cette situation n’est plus acceptable. Le montant des financements consacrés à la rénovation des infrastructures d’assainissement et de traitement des déchets sera doublé (4 Md d’euros d’ici à 2025).   

De plus, la France a souhaité prendre un engagement inédit, en annonçant le traitement sous 10 ans des décharges abandonnées des littoraux présentant des risques de rejet en mer de déchets notamment plastiques. Ces annonces viennent compléter les engagements très concrets pris par la France comme la trajectoire de sortie des emballages en plastique à usage unique et le Plan d’actions zéro plastique en mer 2020-2025.   

-Installer l’Océan au cœur de l’agenda politique international : Pour maintenir le haut niveau d’ambition issu des accords du One Ocean Summit, plusieurs rendez-vous internationaux dédiés à la protection des Océans seront organisés très prochainement avec en premier lieu la Conférence des Nations-Unies sur l’Océan à Lisbonne en juin et la COP 27 en Égypte à l’automne. La présidence française de l’Union européenne est une opportunité inédite pour avancer sur le sujet de la protection des espaces marins qui a longtemps été délaissé par la communauté internationale. Ainsi, comme l’a indiqué l’eurodéputée Renaissance Catherine Chabaud, navigatrice experte en biodiversité marine et membre des commissions de la pêche et de l’environnement  « Tirons parti du One Ocean Summit et de la Présidence française du Conseil pour bâtir ensemble une union des océans !»   

 L’Union européenne joue également un rôle précurseur dans ce combat pour l’avenir de l’océan à travers ses institutions. Au Parlement européen, de nombreux textes comme le Green deal et le paquet « Fit for 55 » ont acté des engagements significatifs pour la préservation des océans. Moins d’une semaine après le One Ocean Summit, les eurodéputés ont également approuvé l’adhésion de l’Union européenne à la Convention sur la conservation et la gestion des ressources halieutiques en haute-mer dans le Pacifique Nord. Un pas de plus dans la protection de ce précieux bien commun que constituent nos océans.