De l'Europe dans ma vie - lettre d'information #12

Mar 4, 2022

Depuis une semaine, horrifié de la guerre menée sans merci par Vladimir Poutine, le monde et en particulier l’Europe, retient son souffle.

Poutine a envahi l’Ukraine en se justifiant sur 3 mensonges : un génocide sur la population russophone des territoires séparatistes, une adhésion prochaine de l’Ukraine à l’Otan et la présence de néo-nazis dans le gouvernement ukrainien.

Après 7 jours de guerre, et plusieurs milliers de soldats russes tués, Poutine ne s’attendait pas à une telle résistance du peuple ukrainien. Mais ce à quoi Monsieur Poutine s’attendait le moins, c’était sans doute l’unité sans faille des pays de l’Union européenne, qu’il allait provoquer.

Avec l’invasion russe, l’Union européenne s’est paradoxalement renforcée. Avions russes interdits d’accès à l’espace aérien européen ; sanctions envers Poutine, des personnalités et politiques proches du Kremlin ; interdiction de diffusion des chaines de propagande Russia Today et Sputnik en Europe ; gel des avoirs de la banque centrale russe détenus dans les pays du G7 (50% des avoirs) : les pays membres ont agi avec une rapidité historique, en adoptant des mesures fortes pour stopper la machine de Poutine.

Mais ce sont surtout deux décisions historiques qui sont révélatrices du changement de logiciel de l’Union européenne : au premier chef, l’exclusion des banques russes du système SWIFT, ce réseau de transactions bancaires utilisé dans 200 pays. Cette exclusion était réclamée dès le 25 février par Stéphane Séjourné, au nom du Groupe Renew Europe. Ensuite, le financement et la livraison d'armes et d'équipements à l’Ukraine. C’est la première fois que l’Union européenne soutient militairement un pays victime d’une agression armée.

Croyant fragiliser l’Europe, Poutine l’a non seulement renforcée, mais lui a permis de faire sa mue sur l’Europe de la Défense, projet porté par Emmanuel Macron depuis 2017 et les eurodéputés Renaissance depuis 2019. L’Allemagne, à cause des souvenirs douloureux de la seconde guerre mondiale, n’avait jamais jusqu’alors, envoyé du matériel militaire létal en soutien à un autre pays. En livrant plus de 3000 missiles antiaériens et 1400 lance-roquettes antichar à l’Ukraine, elle a brisé un tabou. Après l’effroi, la totalité des 27 a pris conscience, dans la lignée des inquiétudes répétées depuis plusieurs années par les États baltes et les pays de l’est, qu’une véritable politique de défense européenne était nécessaire.

La création d’une Europe puissance, le renforcement de la souveraineté européenne exigent une Europe capable d’assurer sa protection militaire mais aussi son indépendance énergétique. Le Pacte Vert européen, et les investissements énergétiques bas-carbone (énergies renouvelables, hydrogène, nucléaire) sont nécessaires pour bâtir notre autonomie stratégique.

Encore une fois, l’Union européenne avance grâce aux crises. Après l’emprunt commun du plan de relance durant le covid (750 milliards d’euros), la crise ukrainienne est un catalyseur de la construction de l’Europe puissance.

A nous, avec mes collègues au Parlement européen, à vous dans vos territoires, de défendre une Europe qui s’assume comme puissance pour protéger et renforcer l’Union européenne et ses citoyens.

Ce week-end, avec vos associations départementales je vous invite à aller manifester votre solidarité avec l’Ukraine. A titre d’exemple, à Paris, une manifestation transpartisane est prévue ce samedi 5 mars à 15h place de la République.

L’association Renaissance européenne y sera présente et mobilisée. Si vous souhaitez soutenir la population ukrainienne, pour éviter d’éventuelles escroqueries, nous vous invitons à donner aux organismes caritatifs reconnus (la Croix rouge, UNICEF) et si vous voulez aider des réfugiés, vous pouvez vous rendre sur le site réfugiés.info du Ministère de l’Intérieur.

Amitiés,

Valérie Hayer, Présidente de l’association pour une Renaissance européenne