De l'Europe dans ma vie - lettre d'information #10

Dec 9, 2021

Olaf Scholz, le nouveau chancelier allemand, a présenté ce matin son nouveau gouvernement, formé du Parti social-démocrate (SPD), des Verts (Die Grünen) et des libéraux (FDP).

Ce gouvernement profondément pro-européen, dont fait partie le FDP qui siège au sein du Groupe Renew Europe, veut transformer l’Europe, en s’accordant avec le projet européen d’Emmanuel Macron. Le couple franco-allemand regarde, plus que toujours, le même horizon.

Les négociations entre les trois partis auront duré deux mois pour atterrir sur un contrat de coalition résolument progressiste et pro-européen. Pas moins de 7 pages sont consacrées à l’Union européenne et le mot « Europe » est cité plus d’une centaine de fois.

La position de la nouvelle coalition rejoint en de nombreux points nos combats.

Ainsi, sur le plan de relance européen, le nouveau gouvernement a annoncé qu‘il veillerait à ce qu’il ne soit pas remboursé par des coupes dans le budget européen, mais plutôt bel et bien par les ressources propres (mécanisme d‘ajustement carbone aux frontières, taxe sur les géants du numérique, taxe sur les transactions financières, etc.). Par ailleurs, il a été rappelé avec force, la nécessité de ne pas verser les fonds du plan de relance européen aux États-membres bafouant l’État de droit ; les gouvernements polonais et hongrois sont prévenus.

Comme l’on pouvait s’y attendre, les questions monétaires et financières ont été abordées. Loin des caricatures des souverainistes sur les Allemands, la coalition est prête à intégrer l’écologie et l’investissement au cœur de la réforme du Pacte de stabilité, les fameux critères de Maastricht. Une avancée pour concourir à l’objectif de la neutralité carbone de l’Europe, d’ici 2050.

Droit d’initiative du Parlement européen, listes transnationales, renforcement de l’autonomie stratégique européenne, de sécurité et d’échanges commerciaux, l’alignement du gouvernement de Scholz sur la vision européenne d’Emmanuel Macron est presque une révolution.

Enfin, l’importance de la Conférence sur l’avenir de l’Europe, imaginée par Emmanuel Macron, et pour laquelle nos adhérents ont fait de nombreuses propositions, est définie comme l’amorce essentielle pour tout changement institutionnel dans le fonctionnement de l’Union européenne.

En quelques mois, vient de se former le grand orchestre progressiste pro-européen composé du couple franco-allemand, du Groupe Renew Europe, troisième force du Parlement européen dont font partie les eurodéputés Renaissance, et d’Emmanuel Macron qui mènera la Présidence Française de l’Union européenne, le premier janvier prochain.

A nous, dans toute l’Europe et notamment dans les territoires, de faire vivre ce projet et nos priorités.

Amitiés,

Valérie Hayer, Présidente de l’association pour une Renaissance européenne